logo du Sigeif
Vous êtes ici >  Paysage énergétique  >   L’ouverture des marchés   

L'ouverture des marchés
de l'électricité et du gaz

Sous l’effet du processus européen d’ouverture à la concurrence, le paysage énergétique a été profondément redessiné. Quelques repères indispensables pour s’y retrouver.


Depuis juillet 2007, les marchés du gaz et de l’électricité sont intégralement ouverts à la concurrence, chaque client pouvant ainsi librement choisir son fournisseur. Pour en arriver là, une véritable révolution a dû s’opérer dans l’organisation historique d’un système français pratiquement inchangé depuis 1946.

La fin du monopole
Pendant plus d’un demi-siècle, les entreprises publiques EDF et Gaz de France sont intervenues sur pratiquement l’ensemble de la chaîne énergétique : importation ou production de l’énergie, acheminement, fourniture au client final. L’avènement de la concurrence s’est traduit par une stricte séparation des maillons de cette chaîne énergétique et la distinction entre ce qui relève des activités concurrentielles de celles qui ne le sont pas : la concurrence joue aux deux extrémités de la chaîne.
 

 
Une fois produits ou importés (activité désormais en concurrence), les électrons et les molécules sont ensuite injectés dans les réseaux de transport, puis les réseaux de distribution jusqu’au client final. Ce maillon «acheminement» de la chaîne énergétique, à la différence du premier maillon (production ou importation), relève d’un monopole dit naturel : le même réseau est utilisé par tous les opérateurs, moyennant un «droit de péage» identique pour tous. Afin d’assurer un traitement parfaitement neutre, cette activité d’acheminement, autrefois assurée par EDF et Gaz de France, est aujourd’hui prise en charge par des filiales autonomes au sein des deux groupes : RTE et GRTgaz, pour le transport ; ERDF et GrDF, pour la distribution (voir page organisation).
 
Fourniture d'énergie,
l'avènement de la concurrence

Enfin, dernier maillon de la chaîne, la fourniture d’énergie (commercialisation) est totalement ouverte à la concurrence depuis  juillet 2007. Dans les faits, cependant, le paysage énergétique français est caractérisé par la coexistence de deux marchés. L’un rassemble les clients ayant mis en concurrence leurs fournisseurs et payant l’électricité et le gaz selon un prix librement négocié (voir l'achat énergie gaz) ; l’autre, le plus important en masse, est constitué des clients qui n’ont pas encore exercé cette faculté de mettre en concurrence leurs fournisseurs. Leurs contrats avec EDF et Gaz de France (devenu GDF Suez) se sont ainsi maintenus et leurs factures sont payées en application d’un tarif fixé par les pouvoirs publics.

imprimer