logo du Sigeif
Vous êtes ici >  Le Sigeif  >   Qui sommes-nous  >   La naissance d’un service public local   

La naissance d’un service public local

D

À l’aube du XXè siècle, la mise en place de la distribution publique du gaz constitue pour les élus de la banlieue de Paris un triple défi.

 
  • Défi administratif d’abord, car il leur faut s’affranchir de la tutelle de Paris, et donc indirectement de l’État qui, à l’époque, administrait la capitale. C'est, en quelque sorte, la première «fronde institutionnelle» des communes de la banlieue contre «l'impérialisme parisien» !
 
  • Défi industriel ensuite, lors des négociations avec les puissantes compagnies privées en vue de la réalisation, en moins de deux ans, de la plus moderne exploitation gazière d’Europe, l’usine de Gennevilliers, ainsi que d’un réseau indépendant alimentant les communes de banlieue en gaz manufacturé, le « gaz de ville ».
 
  • Défi politique enfin, puisque, pour mener leur projet à bien, des élus de toutes tendances décident de se regrouper, sous l’égide d’un syndicat présidé par Théodore Tissier. Un décret du 31 décembre 1903 approuve cette constitution. Parallèlement, la société d’Éclairage, Chauffage et Force Motrice (Ecfm), nouvellement créée, devient concessionnaire des communes pour le service public local du gaz, et le Syndicat, autorité concédante, est chargé d’en assurer le contrôle pour le compte des communes propriétaires du réseau de distribution. Au lendemain de l’expiration de ce premier contrat en 1936, l’Ecfm devient régisseur intéressé, et le Syndicat, participant désormais financièrement aux résultats, oriente la politique de travaux de cette société.
     

imprimer